• 7 octobre: Notre Dame du Rosaire de Pompei

     

     

    Un sanctuaire important

    Jean Paul II a visité le sanctuaire le 21 octobre 1979.

    Les pèlerins qui viennent à Pompéi sont environ 4 millions, chaque année.

     Origine :

    En octobre 1872, le bienheureux Bartolo Longo (1841-1926) entend la Vierge lui demander de se mettre à son service.

     Le 8 mai 1876, la « Vierge apparaît » à une mère de famille très malade. « Notre-Dame du Rosaire de Pompéi t’a exaucée », entend-elle.

    Le 3 mars 1884, vers quinze heures, Fortuna Agrelli, fille du commandeur de Naples, souffrante, « voit la Vierge » au-dessus de son lit, sous les traits de Notre-Dame de Pompéi. Elle est assise sur un trône, l’Enfant Jésus sur ses genoux, un chapelet à la main. Elle est accompagnée de sainte Catherine de Sienne et de saint Dominique. Elle dit :

    « Mon enfant, tu m’as invoquée et demandé des grâces sous des titres variés. Mais maintenant que tu m’as appelée sous ce titre de Reine du Rosaire qui me plaît particulièrement, je ne peux plus te refuser la faveur que tu m’as demandée, car ce nom m’est plus cher que tous les autres. Fais encore trois neuvaines et tu auras tout. »

    Un mois plus tard, lors d’une deuxième apparition, Fortuna entend ces paroles :

    « Quiconque veut me demander des grâces, qu’il consacre trois neuvaines à réciter le chapelet, et trois autres neuvaines en reconnaissance de la grâce reçue »

    Le 8 mai suivant, Fortuna déclare être guérie.

     L'apostolat du rosaire

    Le Rosaire a été choisi comme instrument de l’apostolat pour l’élévation religieuse, sociale et humaine de la population de la Vallée de Sarno qui était à l’époque abandonnée à elle-même.

    En 1875, on commença en apportant un tableau, plutôt fruste, de Notre Dame du rosaire. Le tableau était plutôt fruste, mais il fut tout de suite le protagoniste de nombreux prodiges. L’église fut commencée en 1876.

    Ensuite on construisit un institut pour les orphelins et un autre pour les enfants de prisonniers, puis une maison de repos, un séminaire.

    Bartolo Longo a consacré sa vie au développement du sanctuaire de Notre-Dame de Pompéi, consacré par le cardinal Raffaele Monaco La Valletta, le 8 mai 1886. Le campanile a été consacré par le cardinal Sili le 24 mai 1924.

     

     

     

    Voici le texte de la Supplique à Notre-Dame du Saint-Rosaire de Pompéi , qui peut être récitée à tout moment de l'année, mais avec solennité à Pompei et dans de nombreux lieux en Italie et dans le Monde entier à Midi ("L'heure du Monde", comme le dit le Bienheureux Bartolo Longo.), le 8 Mai et le jour de Notre-Dame du Saint-Rosaire. On peut prier également à d'autres dates pour des grâces spéciales,

    SUPPLIQUE À LA REINE DU SAINT-ROSAIRE DE POMPÉI

    Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

    Ô Auguste Reine des Victoires, ô Souveraine du Ciel et de la Terre, à ton nom se réjouissent les cieux et tremblent les abysses, ô Reine glorieuse du Rosaire, nous, tes fils dévoués, réunis dans ton Temple de Pompéi (en ce jour solennel ) (1), nous épanchons les affections de notre cœur et avec une confiance toute filiale, nous t’exprimons nos misères.Du Trône de clémence, où tu es assise en Reine, tourne, ô Marie, ton regard compatissant sur nous, sur nos familles, sur l’Italie, sur l’Europe, sur le monde. Aie compassion des angoisses et des tourments qui assombrissent notre vie. Vois, ô Mère, combien de dangers dans l’âme et dans le corps, combien de calamités et d’afflictions nous oppressent. Ô Mère, implore pour nous la miséricorde de ton divin Fils et vaincs, par la clémence, le cœur des pécheurs. Ce sont nos frères et tes fils qui coûtent tant de sang à ton doux Jésus et qui contristent ton Cœur très sensible. *Montre-toi à tous telle que tu es, Reine de paix et de pardon.

    Je vous salue, Marie…
    (1) Seulement le 8 mai et le premier dimanche d’octobre.

    Il est vrai que nous, en premiers, bien que nous soyons tes fils, par nos péchés, nous crucifions de nouveau en notre cœur Jésus et nous transperçons encore une fois ton cœur. Nous le confessons: nous méritons les plus durs châtiments, mais , rappelle-toi que sur le Golgota, tu as recueilli, avec le Sang divin, le testament du Rédempteur moribond qui t’a désignée comme notre Mère, Mère des pécheurs. Comme notre Mère, tu es donc notre Avocate, notre espérance. Et nous, en gémissant, nous étendons nos mains suppliantes vers toi, et crions: Miséricorde! Ô Mère de bonté, aie pitié de nous, de nos âmes, de nos familles, de nos parents, de nos amis, de nos défunts, et surtout de nos ennemis et de tous ceux qui se disent chrétiens et qui pourtant offensent le Cœur aimable de ton Fils. Nous implorons aujourd’hui pitié pour les Nations dévoyées, pour toute l’Europe, pour le monde entier, afin que, repenti, il retourne à ton Cœur. Miséricorde pour tous, ô Mère de Miséricorde!

    Je vous salue, Marie…

    Daigne, bienveillamment, ô Marie, nous exaucer! Jésus a remis dans tes mains tous les trésors de ses grâces et de ses miséricordes. Tu es assise, couronnée Reine, à la droite de ton Fils, resplendissante de gloire immortelle sur tous les Chœurs des Anges. Tu étends ta domination sur toute l’étendue des cieux et la terre et toutes les créatures sont soumises à toi. Tu es la toute-puissante par grâce, tu peux donc nous aider. Et si tu ne voulais pas nous aider, parce que nous sommes des fils ingrats et indignes de ta protection, nous ne saurions à qui nous adresser. Ton cœur de Mère ne permettra pas de voir, nous, tes fils, perdus. L’Enfant que nous voyons sur tes genoux et la Couronne mystique que nous admirons dans ta main, nous inspirent confiance que nous serons exaucés. Et nous, nous avons pleine confiance en toi, nous nous abandonnons comme de faibles fils entre les bras de la plus tendre des mères, et, aujourd’hui même, *nous attendons de toi les grâces tant désirées.

    Je vous salue, Marie…

    Demandons la bénédiction à Marie
    Une dernière grâce, nous te demandons maintenant, ô Reine, et tu ne peux pas nous la refuser (en ce jour très solennel ) (1). Accorde-nous, à tous, ton amour fidèle et d’une façon spéciale, ta bénédiction maternelle. Nous ne nous détacherons pas de toi, jusqu’à ce que tu nous auras bénis. Bénis, ô Marie, en ce moment, le Souverain Pontife. Aux splendeurs antiques de ta Couronne, aux triomphes de ton Rosaire, *pour lesquels tu es appelée Reine des Victoires, *ajoute encore ceci, ô Mère: accorde le triomphe à la religion et la paix à la Société humaine. Bénis nos Évêques, nos prêtres et particulièrement tous ceux qui se dévouent pour l’honneur de ton Sanctuaire. Bénis enfin tous les associés à ton Temple de Pompéi et tous ceux qui cultivent et diffusent la dévotion au Saint Rosaire. Ô Rosaire béni de Marie, douce Chaîne qui nous relie à Dieu, lien d’amour qui nous unit aux Anges, tour de salut contre les assauts de l’enfer, port sûr dans le naufrage commun, nous ne te lâcherons jamais plus. Tu seras notre réconfort à l’heure de l’agonie, à toi le dernier baiser de la vie qui s’éteint. Et le dernier accent sur nos lèvres sera ton nom suave, ô Reine du Rosaire de Pompéi, ô notre Mère très chère, ô Refuge des pécheurs, ô Souveraine consolatrice des affligés. Sois partout bénie, aujourd’hui et toujours, sur la terre et dans le ciel. Amen.
    Salut, ô Reine…

    1. Seulement le 8 mai et le jour de Notre Dame du rosaire. http://www.leforumcatholique.org

     

    Ci-dessous une vidéo du sanctuaire de Pompei où se trouvent  le tableau de Notre Dame du Rosaire, ainsi que le bienheureux Bartolo Longo:

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :